09 janvier 2016

Résumé du Café-philo du 09/02/16 : Se passer d'un dieu ?

CAFE-PHILO

Le dernier café-philo s'est tenu mardi 09 février au café associatf "La Coulée douce", Cité des Pyrénées à Pau (29 bis rue Berlioz) à 18h45. Le sujet voté démocratiquement par les participants à la suite des propositions initiales fut :

A quoi faudrait-il renoncer pour se passer d'un dieu ?

 

Résumé de la soirée :  

1)    Question en tiroir, ou comme dans les poupées russes, un niveau en cache un autre : pour pouvoir se passer d’un dieu il faudrait préalablement savoir renoncer, mais renoncer à quoi ? La question ne porte pas directement sur le « dieu », sa nature, son existence ou son inexistence, mais sur ce fondement, ce socle invisible sur lequel la croyance est édifiée. On pourrait questionner : pourquoi voulez-vous croire, plutôt que : à quoi croyez-vous ?

2)    En fait tout le début de la séance est très naturellement consacrée à l’examen des termes, sans que la problématique puisse clairement émerger – ce qui est assez naturel, vue l’ambiguïté de la question. On remarque d’abord l’utilité politique de Dieu, garant de la loi, de l’autorité voire de l’ordre social. Voltaire : « Si Dieu n’existait pas il faudrait l’inventer ». La modernité a su pourtant se passer d’un fondement théocratique de l’Etat, en inventant le concept de « souveraineté du peuple ». Le dieu de la religion n’est plus indispensable au fonctionnement des démocraties modernes. En ce sens on peut se passer de Dieu, et des dieux.

3)    Nouvelle direction de recherche : la croyance apporte l’apaisement, le réconfort, la « chaleur », la sécurité, voire un sentiment de communauté. Y renoncer c’est faire l’expérience de la séparation, de la solitude, du « délaissement », se sentir jeté dans un monde de hasards, sans idéal ni boussole. Sans compter la question de la mort, qui donne un relief dramatique au destin de chacun. Peut-on dès lors renoncer à ce qui fonde (ou fondait jadis) l’existence ?

4)    Nouvelle direction : si le Dieu traditionnel de l’Occident a perdu de sa signification, on voit fleurir un panthéon baroque de dieux substitutifs : sportifs, personnages publics, idoles, gourous, sorte de kaléidoscope bariolé qui semble satisfaire certains besoins sociaux. Mais il y a des idéaux plus redoutables, des forces réelles qui déterminent la vie présente : l’Etat, la Justice, la Loi – et l’idole des idoles : l’argent. Formes dégradées du religieux, formes profanes qui contiennent encore en elles quelque chose de la puissance du sacré.

5)    Le sujet se précise lentement : l’enjeu, c’est l’autonomie. Comment accéder à l’autonomie du jugement, à la singularité personnelle si l’on consent à la soumission au Grand Autre, quelle que soit sa nature ? Donc qu’est ce qui fonde notre soumission, à quels besoins répond la soumission ?

6)    La fin de séance reprend l’articulation entre « renoncer » et « se passer de ». Pour se passer de quelqu’un (un père par ex) il faut d’abord avoir été en contact, avoir évolué à son côté. Lacan disait très justement pour qualifier la maturation du fils : « se passer du père - à condition de s’en servir ». S’en servir d’abord, s’en passer ensuite. Peut-être peut-on considérer l’histoire de l’humanité comme le long apprentissage de la liberté au contact des maîtres successifs, qu’il faut abandonner. Cet abandon, à son tour, suppose des renoncements, à la sécurité, à un certain bien-être infantile : tout le problème est de s’assurer, en échange de ces pertes, des gains réels et symboliques où s’expriment la liberté et l’inventivité.

Pour Métaphores ,  GK

 

Posté par metaphores 64 à 15:33 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

05 janvier 2016

Résumé Cercle littéraire - 04/02/16 : Ecrivains-voyageurs

Cercle Littéraire

 

Le Cercle littéraire s'est tenu jeudi 04 février 2016 à 18h45 à Billère au Café-suspendu (café associatif, 15 Rue Jeanne Lasansaa). Le thème de la soirée fut : 

Ecrivains-voyageurs  

         Trois figures de découvreurs du monde, tôt travaillés du désir de rejoindre l'horizon portant leurs pas de la Chine au Tibet, de la Russie aux Indes, du Sahara au Japon …Trois voyageurs, curieux des autres, habités d'une soif toujours renouvelée d'ailleurs. D'abord arpenteurs d'espaces géographiques, ils se découvrent aventuriers d'un autre espace, celui de l'intériorité, quand la recherche spirituelle, la quête du sens de l'existence, le désir de connaissance s'invitent .

 Leurs ouvrages ont alimenté nos échanges autour du voyage hors de soi, chemin vers le voyage en soi. 

Résumé de la soirée : 

         A travers le parcours des trois écrivains voyageurs : Alexandra David-Néel, Blaise Cendrars, Nicolas Bouvier se pose la question des motivations du voyage et de son écriture. Les déplacements, le désir d'ailleurs traversent l'enfance de nos trois auteurs : déménagements de la Suisse à l'Italie pour le futur Blaise  Cendrars, une première expérience mystique pour la jeune Alexandra , cependant que  Nicolas Bouvier rêve sur les cartes du monde. Les conditions de leurs voyages diffèrent : si l'exploratrice dispose d'une fortune personnelle , Nicolas Bouvier, issu d'une famille bourgeoise cherche à  se déplacer avec des moyens limités. Blaise Cendrars connaît la faim et doit travailler pour subvenir à sa vie matérielle.

       Il a fallu beaucoup de ténacité à Alexandra David-Néel au début du siècle précédent, obligée de  se noircir le visage ou de dissimuler ses cheveux trop clairs pour être la première européenne à entrer à Lhassa .

       Nicolas Bouvier et Blaise Cendrars cherchent à vivre au plus près des gens du pays et à éprouver leur être au monde. Alexandra David-Néel est habitée par la recherche d'une sagesse, l'atteinte du Nirvana. Elle n'en observe pas moins moeurs et habitudes de vie. L'écriture arrive après les voyages, dans un temps de pause, Paris ou Genève. Au cours des pérégrinations, carnets et notes fixent quelques traits,auxiliaires de la mémoire. Alexandra devient une spécialiste du bouddhisme, doublée d'une ethnographe. Accompagnée de son fils spirituel, elle parcourt les sentiers de monastère en monastère, rencontre de grands lamas et trouve la sagesse qu'elle cherchait.

      L'urgence pousse les deux hommes à aller de l'avant, dans une dynamique de l'errance.  Le mouvement habite leur écriture : phrases nerveuses ou souffle qui emporte  rythment leurs mots.  Partir, c'est respirer, dit Nicolas Bouvier. Il se détache de son moi pour s'ouvrir à autrui et au monde. Poèmes, récits et photographies rendent compte de ses découvertes. Pour ces  voyageurs immobiles dans le temps de l'écriture, un nouveau chemin s'invente dans le langage. Désir de partager, de revivre plus intensément et en pleine conscience ce qui a été vécu.

  « Ecrire, c'est peut-être abdiquer » dit Blaise Cendrars .

   Si vivre est la seule vérité, écrire ramène de l' hors-soi à l'en-soi pour le plus grand bonheur des lecteurs .

Résultat de recherche d'images pour Alexandra David-Néel   

Quelques lectures : Voyage d'une Parisienne à LhassaAu pays des brigands gentilhommesLa lampe de la sagesse 

Résultat de recherche d'images pour Blaise Cendrars 

A découvrir : BourlinguerDu monde entier Poèmes   

Résultat de recherche d'images pour Nicolas Bouvier

Lectures conseillées : Le poisson–scorpionDe l'usage du mondeChronique japonaise

L'animation fut assurée par Janine Delaitre et Anne Rougeaux.

Pour MétaphoresJD

 

 

 

Posté par metaphores 64 à 20:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 décembre 2015

Résumé de l'apéro-philo 21/01/16 : violence et remède

Apero philo

L' Apéro-philo (entrée libre et gratuite) s'est tenu jeudi 21 janvier 2016 à 18h45 au Café suspendu (café associatif) à Billère (15 rue Lasansaa) sur le sujet suivant : 

                 Y a-t-il un remède à la violence ?

 

21 01 16

Résumé de la soirée :

1) La violence est un problème social, politique, géopolitique mais aussi psychologique, voire éthique. Ses formes sont extrêmement variées, évolutives, au point qu’il semble difficile d’en donner une définition exhaustive. Mais on peut s’en faire une idée, la circonscrire à peu près en dégageant quelques critères : « abus de la force », de « vis » on passe à « violentia » ; le latin dispose d’un autre mot : violare, violer (un sanctuaire), outrepasser une limite (la loi), transgresser. Les Grecs avaient comme principe d’éviter l’ « hybris » : démesure de l’homme qui ne respecte pas les limites de la condition humaine, qui viole les interdits, qui se jette dans une sorte de folie du pouvoir ou de la jouissance. Toutes ces données restent valables, en les actualisant.

 2) Si l’homme, comme tous les animaux, dispose d’une agressivité de nature pour se défendre, dans la violence il y a l’idée d’une intentionnalité : attaquer, violer, tuer, détruire. La violence se remarque dans le fait qu’elle opère une intrusion, une effraction dans le territoire ou le corps, ou la psyché de l’autre, provoquant blessure, trauma ou décès. Elle peut être sauvage, momentanée, spontanée, ou calculée, préméditée, rationnalisée (songeons à l’extermination programmée). La question est celle des fins : pourquoi et pour quoi, pour atteindre quoi ? C’est le problème de la violence révolutionnaire, que certains considèrent comme un moyen inévitable. Toute la pensée politique bute sur cet écueil : la violence de l’Etat est-elle juste ? Peut-on la contester au nom d’une justice autre ?

 3) Pour être plus précis il faut distinguer la contrainte légale que l’Etat impose aux citoyens et la violence illégale (des individus, des groupes). La première fonction de l’Etat est d’assurer la sécurité publique, et la contrainte légale en est la condition. Reste à se demander si l’Etat a toujours raison, si légalité est légitimité, s’il n’existe pas des lois scélérates, et à quelles conditions les citoyens  retrouvent le droit, voire le devoir, de s’insurger.

 4) La notion de remède avait été définie en début de séance : moyen utilisé pour pallier une situation défectueuse, périlleuse ou pernicieuse en opérant un changement salutaire. Il existe toutes sortes de remèdes, hygiéniques, chirurgicaux, pharmaceutiques, voire le style de vie, l’activité etc, en fonction du domaine considéré. Faut-il traiter la violence comme une maladie (maladie des sociétés, des corps politiques, maladie de l’âme) ? C’est sûrement un grand malheur, mais peut-être pas nécessairement une maladie. Ici le modèle médical révèle ses limites.

 5)  La violence est-elle remédiable ou irrémédiable ? Il existe des remèdes éprouvés depuis longtemps : les lois, les institutions, la Justice qui interposent entre les belligérants le principe d’un règlement négocié sous l’autorité d’un tiers, pour substituer à la vengeance (duelle) une justice qui fait office de tiers régulateur. On sait aussi les imperfections de la justice et la difficulté à pacifier. On évoque le rôle de l’éducation, de l’instruction, de la culture, des arts – toutes disciplines qui proposent une sublimation des pulsions, une socialisation, et dans le meilleur des cas, une moralisation (Kant).

 6) Manifestement en dépit de tous ces artifices socialisateurs, demeure, dans les sociétés comme dans les individus, une part pulsionnelle à peu près inéducable, qui s’affranchit très souvent des règles et des lois pour se déverser dans la violence. Serait-ce « la part maudite » dont parlait Georges Bataille ? Freud de son côté évoquait la puissance de la pulsion de mort, qui, lorsqu’elle s’affranchit de son intrication avec les pulsions de vie, génère destructivité, guerre, haine, violence.

Question : En quoi la situation présente du monde favorise-t-elle la libération des pulsions de violence ?

Pour Métaphores, Guy Karl

Posté par metaphores 64 à 12:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 décembre 2015

Résumé du Café-philo du 12/01/16 - Penser - créer

 

Café-philo

Le café-philo s'est tenu le mardi 12 janvier 2016, 18h45 à La Coulée douce -Cité des Pyrénées (29 bis rue Berlioz) à Pau. Comme d'habitude, un vote démocratique a décidé du choix du sujet à partir des questions, propositions, citations que les participants ont proposé. Le sujet du jour fut :

 

"Penser empêche-t-il de créer ?"

 

Résumé de la soirée : 

1)      Qu’est ce qui empêche de créer ? Il y a bien sûr les données externes, dictature politique, par ex – et les conditions internes, psychologiques ou intellectuelles. L’artiste aura peut-être une méfiance toute particulière vis-à-vis d’un excès de pensée. Trop penser empêche de faire. En particulier l’excès de culture, d’érudition, de savoir peut stériliser la source vive de la création, qui suppose un abandon relatif à l‘imagination,  au hasard (« laissez venir à moi les mille hasards » Nietzsche) ou à ce que l’on appelle un peu vite l’inspiration.

 2)      Le groupe insiste alors sur la variété des formes de création, dont l’art n’est qu’une modalité particulière : innovation technique, invention de théories scientifiques, créativité personnelle dans la vie publique et privée. Mais alors créer, c’est quoi ? Suffit-il de désirer, de vouloir ? Il apparaît bien vite que la création est l’aboutissement d’un processus complexe où le travail, l’effort, la persévérance, l’analyse, la réflexion, voire la culture ont joué un rôle indispensable. Les grands créateurs sont de grands travailleurs, mais dans un sens très spécial.

 3)      Vient alors un moment un peu miraculeux où plusieurs personnes – des créateurs justement – évoquent leur expérience : longue gestation, longue préparation où la pensée joue un rôle déterminant, puis, soudain une sorte de «  suspension », où l’on se jette à l’eau, arrêtant de penser, et se confiant au mouvement intérieur, à ce qui émerge des couches profondes de l’inconscient, où la non-maitrise s’accompagne de la plus vive attention au surgissement. Créer, cela serait peut-être réfléchir longtemps avant de se jeter corps et âme dans les eaux tumultueuses de l’inconnu.

 4)      Après la pose la réflexion se retourne une nouvelle fois pour interroger la signification du penser. Toute pensée se fait, au départ dans une culture donnée, un contexte, un espace mental saturé de significations et de préjugés. D’où la nécessité impérieuse, pour qui veut penser et créer (pour une fois les voilà liés dans la même démarche) de commencer par un travail de critique, de démontage, voire de destruction : détruire et créer seraient les deux faces d’un même processus. Il faut se donner de l’espace, du champ, de la liberté, pour accéder à sa propre source, à sa propre vérité.

 5)      C’est ainsi que nous parvenons à une idée plus précise de la création : un processus complexe, qui mène le sujet à une meilleure appréhension de sa vérité intérieure, grâce à quoi il peut faire apparaître quelque chose qui avant lui n’existait pas dans la réalité. Vérité et innovation.

                   Pour Métaphores, GK

Posté par metaphores 64 à 16:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
05 décembre 2015

Résumé du Café-philo du 8/12/15 : Du mensonge

 

Café-philo

Le Café-philo s'est tenu mardi 08 décembre 2015 à 18h45 au café associatif La Coulée douce (Cité des Pyrénées - rue berlioz - PAU). Cinq sujets ont été proposés. Le petit groupe présent a voté pour le thème du mensonge qui a donné lieu à des échanges de bien belle qualité dont voici un compte rendu général :

Résumé de la soirée:

Résultat de recherche d'images pour

1) Nous sommes partis de la formule de Montaigne : "En vérité le mentir est un maudit vice. Nous ne sommes hommes et nous ne tenons les uns aux autres que par nos paroles." Le mensonge est ordinairement condamné par la morale car il constitue une grave menace pour la vie sociale comme pour le rapport à autrui. Mentir, c'est dire, selon la définition, ce que l'on sait être faux dans l'intention de tromper l'autre. Le mensonge est donc volontaire et, de ce point de vue, ne peut être que conscient. Kant nous rappelle à un devoir de vérité fondé sur le fait de ne jamais considérer la personne d'autrui comme un moyen mais toujours comme une fin en soi. Or, le mensonge instrumentalise l'autre à des fins économiques personnelles même si il est aisé d'invoquer l'argument de la protection d'autrui. On comprend pourquoi la condamnation morale et juridique du mensonge est habituellement prononcée. Il ruinerait l'humanité en l'homme et d'ailleurs quelle justice, quelles relations seraient encore envisageables si chacun se permettait de tromper son prochain sans vergogne ?

2) Cette première thèse doit pourtant être interrogée et le groupe présent hésite entre une perspective sociale (donc générale) et une autre plus restreinte liée à la relation à l'autre dans le cadre de rapports privilégiés comme l'amitié. Peut-on réellement se dire toujours la vérité ? Peut-on faire l'économie du mensonge ? Nous constatons assez vite qu'un devoir permanent de vérité produirait des effets catastrophiques et qu'à dire la vérité à tous, chacun de nous serait immanquablement conduit à se fâcher avec tout le monde. Aussi, le mensonge peut-il devenir un auxiliaire de la vie sociale et même un moyen de se préserver soi-même comme de préserver autrui. Cela nous amène à interroger la confrontation à la vérité dans des temporalités distinctes. Ce qui nous paraît vrai aujourd'hui peut nous sembler complètement faux demain - argument sceptique par excellence qui nous rappelle avec Démocrite puis Pyrrhon que "le miel est doux pour l'un, amer pour l'autre" et qu'au fond, la vérité est peut-être ce qui se dérobe toujours. Pourquoi dans ce cas, risquer de blesser quelqu'un si les choses changent toujours et si ce qu'on prend pour la vérité se trouve absorbé dans "la branloire pérenne" ?

3) Le mensonge pourrait alors se penser comme un moyen nécessaire à la vie en société comme à la vie politique. Machiavel est convoqué pour rappeler que l'efficacité politique du Prince ne saurait se passer du mensonge et l'auteur du texte éponyme de considérer avec raison que tous les hommes en usent et en abusent sans vergogne, pour se tirer d'affaire. Pourquoi tenir sa parole au milieu de tant d'hommes qui ne la tiennent pas ? se demande Machiavel ?C'est que l'homme politique ne se distingue pas par nature du commun mais par degrés, élevant le mentir au niveau d'un art, d'une technê, d'un savoir faire. Alors que les gens ordinaires mentent spontanément pour faire face aux difficultés, le prince, lui sait mentir sitôt que les circonstances l'exigent. Et cela est toujours bon si la stabilité du corps politique est garantie. On le voit, le mensonge est un dire plus ou moins performatif qui nous rappelle que nous évoluons dans des jeux de langage, dans le système symbolique conditionnant une part considérable de la subjectivité.

 4) Un curieux renversement s'opère alors. La question n'est plus tout à fait "pourquoi mentir" ou "faut-il ne pas mentir ?" mais "comment ne pas mentir ? Ne saurions-nous pas condamnés au mensonge du seul fait qu'en parlant, en évoluant dans la langue commune qui reste une institution, nous nous tenons subjectivement à l'écart de notre vitalité cachée, de nos pulsions, de cette part irréductible et ensauvagée qu'aucun langage ne peut adéquatement saisir ? Contraints d'entrer dans le jeu social et de se domestiquer, le sujet serait alors sommé de se plier aux coutumes et conventions qui définissent le registre même des valeurs contre cette part indocile et inéducable de la subjectivité. Chacun de nous, dans un forçage social ou comme dit Kant, au terme "d'un accord pathologiquement extorqué", s'accommoderait d'une somme de compromis voire de compromissions inavouables avec cette part singulière et refoulée qui ne peut jamais être dite ouvertement. La vérité serait alors d'autant plus promue socialement qu'elle ferait l'objet d'une haine secrète en direction de ce qui est "maudit" en soi, à jamais "mal-dit". Pire, ne sachant définir positivement la vérité ou plutôt la refoulant dans le non-dit, le social ferait de la convention commune et des normes qui l'accompagnent les critères décisifs du vrai, non pas sur le plan épistémologique, mais sur le plan moral du jugement comme de l'action. Dire la vérité reviendrait alors à se soumettre purement et simplement au dogme social et à ses impératifs, à pratiquer sans cesse un double jeu consistant à se trahir en permanence mais tous ensemble -collectivement, tout en cultivant une bonne conscience. Voir sur ce point les belles maximes de La Rochefoucauld.

5) Faut-il alors renoncer à toute forme d'authenticité relationnelle ? Nous abordons en fin de soirée le paradoxe d'une "relation de vérité" déployée non plus dans le registre de la signification ou du dire mais dans une forme de retrait qui laisse une place centrale au silence partagé, à des formes de congruences intersubjectives gravitant autour de quelque chose qui reste incommunicable et qui est de l'ordre d'une intensité qualitative. Plusieurs expériences personnelles sont ici convoquées pour faire valoir ce registre quasi alchimique de la relation à l'autre comme à soi même : méditation, marche silencieuse, discussion désintéressée, contemplation etc. Reconnaître cette part inaudible et la faire vivre avec d'autres, dans des formes créatives et actives, sont des manières subtiles de donner à la vérité un contenu et une forme affranchis de la tyrannie du sens et du mensonge qui l'accompagne ordinairement.

 

Pour Métaphores, DK

Posté par metaphores 64 à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

04 décembre 2015

Métaphores : un an

Logo Metaphores

 

           Aujourd'hui même notre association souffle sa première bougie et avec elle, l'existence de ce blog. Rappelons que nos activités ne sont pas nées avec le projet Métaphores. Le café-philo et l'apéro furent créés respectivement par plusieurs membres de l'équipe actuelle en décembre 2008 et dans le courant de l'année 2009. Le cercle littéraire est déjà dans sa troisième année d'existence. Mais depuis la naissance du projet associatif en décembre dernier, nous assistons à un accroissement qualitatif de nos activités tout à fait enthousiasmant.

En une année, nous aurons rendu possible une trentaine de soirées philosophiques et littéraires à Pau. Des centaines de personnes s'y sont retrouvées avec le désir de penser ensemble des enjeux contemporains et universels, politiques, esthétiques, psychologiques, métaphysiques, moraux etc. Nous nous serons délocalisés deux fois pour des soirées spéciales à l'ITS et l'ESC.

 L'atelier-philo, sous l'impulsion de notre président et animateur, a permis de renforcer la dynamique en étendant le champ de nos investigations philosophiques à des domaines voisins : le droit, l'économie, l'art, l'éducation. Nous avons pu faire dialoguer ces disciplines avec des intervenants de grande qualité issus de ces divers domaines d'action et de compétence. D'autres belles rencontres viendront, à n'en pas douter par la suite.

Et puis, il nous faut saluer la création de ce blog, trait d'union vivant et interactif entre le public, les activités et les animateurs de l'association. La fréquentation ne cesse d'évoluer positivement avec désormais plus de 700 visites par mois et déjà près de 6000 consultations depuis la création de l'interface. Le caractère interactif s'amplifie également avec des commentaires de plus en plus riches et nombreux (pas moins de 200 cette année !). Tout laisse penser que les efforts consentis trouvent là de véritables raisons d'être. Et nous tenons à remercier tous les participants, tous ceux qui de près ou de loin font vivre des temps collectifs de pensée, de méditation et de convivialité.

De nouvelles choses se préparent pour l'année 2016 que nous devons encore finaliser. Mais la deuxième année s'annonce au moins aussi riche et passionnante que celle que nous venons de vivre.

Le dernière activité de l'année 2015 se tiendra mardi prochain le 08 décembre avec un café-philo à la Coulée douce. Venez nombreux.

Merci à tous.

Pour Métaphores, DK

Posté par metaphores 64 à 15:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 octobre 2015

Atelier-philo du 30/11/15 : Montaigne et Tchouang tseu

Atelier-philo

L'Atelier-philo s'est tenu le lundi 30 novembre 2015 au Café suspendu (café associatif) à Billère (15 rue Lasansaa). Nous avons eu la joie d'accueillir à cette occasion Jean-Yves Pouilloux sur le sujet suivant :

  Montaigne "à la façon de Tchouang tseu"

Résultat de recherche d'images pour

        "Montaigne, esprit remarquablement éveillé, mal reçu chez les "littéraires" et pas très bien chez les "philosophes", a eu le privilège très rare d'être souverainement libre, ce privilège n'a pas été seulement donné, mais durement (parfois) conquis, la liberté de penser a toujours inquiété les conformismes (les Essais ont été mis à l'Index pendant plus de 200 ans). Sa présence à soi et son actualité me suggèrent de le rapprocher du sage taoïste Tchouang-Tseu, avec lequel je crois voir de nombreux points communs. Pour mémoire, je cite le passage: "Quand je dance, je dance; quand je dors, je dors ; voire et quand je me promène solitairement en un beau verger, si mes pensées se sont entretenues des occurrences étrangères quelque partie du temps, quelque autre partie je les ramène à la promenade, au verger, à la douceur de cette solitude et à moi. Nature a maternellement observé cela, que les actions qu'elle nous a enjointes pour notre besoin nous fussent aussi voluptueuses et nous y convie non seulement par la raison, mais aussi par l'appétit (=le désir): c'est injustice de corrompre ses règles".     JY P

                                                                   

Résultat de recherche d'images pour

         Jean-Yves Pouilloux est professeur de littérature à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. Il est spécialiste de Montaigne, de Rabelais et de littérature contemporaine (Queneau, Borges...). Il est l'auteur de Montaigne, l'éveil de la pensée (Honoré, Champion, 1995), et, en collaboration avec Françoise Arzod-Dutard, de Essais, Livre III, Montaigne (Armand Collin, 2002). 

         

Posté par metaphores 64 à 23:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
24 octobre 2015

Résumé de l'Apéro-philo - 24/11/15 - Penser la nature ?

Apero philo

 

L' Apéro-philo du mardi 24 novembre 2015 s'est tenu exceptionnellement à l'Ecole Supérieure de Commerce (ESC) de Pau. Nous avons eu l'occasion d'intervenir dans le cadre de la préparation à la Semaine de la Philosophie qui se tient du 30 novembre au 05 décembre dans les locaux de l'ESC sur le thème de la Nature.

Notre sujet fut : Penser la nature ? 

      "Nous ne savons pas ce qu'est la nature et ne pouvons pas le savoir. Au cours des siècles, et selon les paradigmes de leur culture, les civilisations humaines ont développé diverses représentations, animistes, thélogiques, métaphysiques ou scientifiques. Aujourd'hui, dans un état du monde marqué par le triomphe de la technologie et la globalisation, mais également par de graves incertitudes sur l'avenir, on se demandera s'il n'est pas urgent d'interroger notre paradigme de croissance indéfinie et d'"arraisonnement" de la planète. Une nouvelle vision du rapport de l'homme à la nature peut-elle naître de ces interrogations ?"    

Pour Métaphores, GK

 

Pendant un peu plus d'une heure, les philosophes de "Métaphores" ont présenté tour à tour divers enjeux permettant d'engager la discussion avec le public. En voici un résumé.

1)        Partant de la double étymologie, grecque et latine, Guy Karl est intervenu sur "le sens de la nature", sur ce rapport intime qui relie l'homme à cette ressource inépuisable qu'est la Physis (telle que les Grecs l'ont pensée dès l'Antiquité) et qui constitue l'origine féconde de la création. La modernité, de ce point de vue, a perdu ce sens de l'originaire, remplacé par un désir furieux d'emprise, de conquête et de maîtrise dont le mercantilisme contemporain représente le triste parangon. L'idée de la contemplation, chère aux Anciens peut-elle encore faire sens ? Et avec elle, cette belle intuition léguée par Anaximandre selon laquelle la nature illimitée (Apeiron) nous donne à méditer le sentiment tragique de la vie ?

Résultat de recherche d'images pour

2)       Peut-on seulement penser la nature et de quelle manière ? Didier Karl a interrogé à partir des thèses d'Auguste Comte, les trois paradigmes dominants à travers lesquels les sociétés humaines se sont liées à un Réel primitivement incompréhensible et hostile. Passant d'un mode d'appréhension théologique, puis métaphysique et scientifique, l'esprit humain a construit une relation à la nature déterminée par un "impensé", par une structure mentale inconsciente constituant un mythe grâce auquel cette relation a pu prendre sens. Science et technologie peuvent alors se comprendre comme des mythes contemporains, comme des récits au service d'une conquête infinie et d'un pouvoir sur une nature devenue rentable et dont le caractère mystérieux aurait disparu.

Résultat de recherche d'images pour

3)        Il devient urgent d'interroger la désacralisation de la nature, caractéristique de la modernité dans laquelle la technique joue un rôle central. Tel est l'enjeu de cette troisième intervention proposée par Marie-Pierre Carcau. Les analyses de Martin Heidegger (Essais et conférences) sont convoquées pour penser la distinction entre "technique artisanale" et "technique moderne". Si la première prolonge les formes naturelles à l'image de l'outil (imitant la nature), entretient une connivence entre homme et nature, la seconde manifeste un défi, une défiance, une rupture du lien sous la forme d'une agression. L'image du fleuve dont le cours est stoppé par une centrale illustre le propos et symbolise le processus d'intervention catastrophique de l'homme sur le dynamisme naturel. Tel est le sens de l'arraisonnement ou interpellation de la nature, fonds de réserve désormais exploitable mis à disposition des ambitions humaines et des intérêts. 

Résultat de recherche d'images pour

4)       Comment renouer un lien qui puisse respecter les équilibres naturels sans engager l'homme dans une régression technique ou dans une attitude passéiste ? Procédant de quelques rappels de bons sens, David Pourille a envisagé la constitution de nouvelles relations à la nature fondées non pas sur un romantisme désuet mais sur la possibilité d'un contrat moral passé avec elle. L'idée du principe responsabilité de Hans Jonas est mobilisée dans ce sens. La nature peut-elle devenir sujet de droit ? Que peut signifier ici le terme de "sujet" et pour l'homme, quels devoirs et quels impératifs ? Il semble que ce soit davantage en termes de partenariat ou de congruence, en référence à Herbert Marcuse, que l'homme doive penser le rapport entre technologie et nature. Mais un tel partenariat présuppose la reconnaissance de réelles solidarités qui nous rappellent notre essentielle et définitive appartenance à la nature.

Résultat de recherche d'images pour

         Résumé pour Métaphores, DK

Posté par metaphores 64 à 18:13 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 octobre 2015

Résumé du Cercle littéraire du 12/11/15

Cercle Littéraire

Le dernier Cercle littéraire s'est tenu le jeudi 12 novembre 2015 à 18h45 au Café-Suspendu (café associatif) à Billère (15 Rue Jeanne Lasansaa). Le thème de la soirée :

                               Des écrivains très contemporains 

Résumé de la soirée :

Les auteurs « invités » au dernier Cercle littéraire ont été choisis pour leur écriture singulière sans ressemblance aucune, et leur rencontre sur des thèmes  nés des préoccupations actuelles : le poids de l'Histoire dans les destinées individuelles, le  sort des migrants, les êtres marginalisés par leur différence ou leur secrets, la place de l'autre,  les drames personnels qui rejoignent l'universel.

 

  Résultat de recherche d'images pour            

 Jeanne Benameur , (née en 1952)  très tôt arrachée à son Algérie natale , se retrouve « sans langue » . 

 Des études de Lettres et  Philosophie vont l'orienter vers  l'enseignement ; l'écriture devient son activité principale à partir de 2000 : poésie, roman,  littérature de jeunesse,  travail d'édition. Des études de Lettres et  Philosophie vont l'orienter vers  l'enseignement ; l'écriture devient son activité principale à partir de 2000 : poésie, roman,  littérature de jeunesse,  travail d'édition. Elle découvre que « quand on travaille avec ses mots, on a moins peur des mots des autres ." La relation à l'autre est au fondement de sa narration qui capte les instants avant la parole . « Le corps connaît , par la perception le sens des choses. Après, il arrive la parole, nécessaire qui nous permet le lien et en même temps nous sépare. »

Les  Demeurées évoque avec sensibilité la relation fusionnelle entre une mère et sa fille, menacée par l'école qui ouvre les portes du savoir. Mais comment accueillir en soi ce qui sépare des proches, ?

Les Reliques , court récit absolument magnifique évoque  la permanence de l'amour au-delà de la perte ; Otages intimes  interroge sur la part d''otage que chacun porte en soi.

L'écriture  poétique de Jeanne Benameur, animée d'une sensibilité frémissante , lyrique et contenue en même temps, confère à ses récits une beauté captivante.

Bibliographie : Les Demeurées  2001 ; Laver les ombres  2007 ; Les Reliques  2011 ; Les Insurrections singulières 2011 ; Profanes  2013 ; Otages intimes  2015

 

 

 Résultat de recherche d'images pour      

 Alors que Jeanne Benameur s'ouvre aux autres  à partir de drames personnels , relevant de la sphère intime, Laurent Mauvignier (né en 1967 ) suit le  cheminement inverse . Son œuvre s'enracine dans les tragédies qui touchent les hommes : la guerre d' Algérie , le drame du Hetzel ou le tsunami du 11 mars 2011. Son écriture  traque au plus près la peur , la souffrance, la douleur, en  longues phrases au rythme haletant .

Autour du monde,  paru en 2014 marque un changement. Ce roman choral évoque quatorze histoires qui se sont déroulées simultanément au moment du tsunami en quatorze points différents du globe  et installe un ton plus apaisé. Il collabore aussi avec des artistes venus d' autres horizons : Angelin Prejlocaj, chorégraphe et danseur pour Retour à  Berratham

 Bibliographie : Loin d'eux 1999,    Apprendre à finir 2000,  Dans la foule,  Des hommes 2009, Autour du monde 2014

 

 

 Résultat de recherche d'images pour          

Maylis de Kerangal (née en 1967) venue de la littérature de jeunesse et de l'édition , après des études d'Histoire, d'Ethnologie et de Philosophie se fait connaître par Naissance d'un pont , épopée sans guerre où sont évoqués avec minutie les désirs et les peurs sur un chantier.  A l'introspection, elle préfère  la vie des autres, dont elle se saisit dans une écriture précise et ardente . Ses œuvres sont toujours un mouvement de l'extérieur vers l'intérieur. Elle dit l'importance des vivants, la place de la mort et du deuil dans un mouvement analogique à la vague, dessinant un cycle éternel. Ainsi Réparer les vivants  évoque le don d'organes , une histoire de cœur où se rejoignent la violence de la mort accidentelle , l'angoisse de la mort et celle de l'attente, la joie violente de la vie retrouvée pour celle qui reçoit cette part d'un autre. Sa conception de l' activité littéraire  croise  cette conviction que   l'autre  entre dans la structuration de soi : « L'écriture, la littérature, dit-elle, n'est pas dans l'auto-construction. On écrit en portant en soi tout ce qui s 'est écrit avant et qui peut affleurer en divers endroits du texte".  

Bibliographie :   Corniche Kennedy  2009, Naissance d'un pont  2010 ; Tangente vers l'Est  2012 ;  Réparer les vivants  2014 ; A ce stade de la nuit  2015

 

 

            Résultat de recherche d'images pour  

Mathias Enard (né en 1972) est  un « orientaliste »  à l'image des personnages de son dernier roman, couronné par le Prix Goncourt, Boussole Il sait transmettre dans  son écriture riche , foisonnante et érudite sa passion pour ces pays ravagés aujourd'hui par des bouleversements dramatiques  et dans lesquels il a voyagé : Liban, Syrie, Egypte, Iran. Entrer dans un roman d' Enard est une véritable invitation au voyage, vers l'Est généralement , lieu d'où vient la lumière. Formidable roman sur les guerres méditerranéennes, Zone adopte le rythme du voyage en train entre Milan et Rome dans une longue phrase animée d'un souffle épique .

Boussole, livre savant  sur les relations entre l'Orient et l' Occident, est aussi un roman d'amour, fil directeur qui ramène toujours à lui le lecteur après de nombreuses anecdotes,romans minuscules insérés dans la trame principale évoquant de nombreuses figures, de musiciens, d'exploratrices , de villes aux noms enchanteurs. Ce récit nous rappelle l'importance de l'autre dans l'enrichissement de soi, hymne à l'échange, à la curiosité de l'autre face à la tentation du repli sur soi et de la méfiance. Son œuvre se veut porteuse d 'espoir.  « Le savoir en général et la littérature en particulier, ont un véritable pouvoir : lire des livres , c'est une façon d' être libre. »

Bibliographie :   La perfection du tir  2003 ; Remonter l' Orénoque  2005 ; Zone  2008 ; Parle-leur de batailles, de rois d' éléphants  2010 ; L'alcool et la nostalgie   2012 ; Rue des voleurs   2012 ; Boussole  2015

 

Pour Métaphores, JD

 

 

Posté par metaphores 64 à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 octobre 2015

Résumé du Café-philo du 10/11/15 L'humour, force ou faiblesse ?

Café-philo

           Le café-philo (activité libre et gratuite) s'est tenu le mardi 10 novembre 2015 à 18h45 au café associatif La Coulée douce (Cité des Pyrénées - rue berlioz - PAU).

Après un vote des participants, le sujet retenu a été : L'humour, force ou faiblesse ?

Résumé de la soirée :

1)      Nous commençons par situer l’humour dans la gamme comique, à côté du mot d’esprit, de la plaisanterie, de la dérision, du caustique, voire du cynique, tout en reconnaissant qu’il existe une spécificité de l’humour qui semble résister à tout effort de définition. L’humour permet une mise à distance, effectuant un pas de côté, par lequel le sujet se dégage de l’épaisseur, de la lourdeur des choses et des situations. Il y a dans l’humour un gain de légèreté, de souplesse, une sorte de respiration soudaine qui désarme le conflit, et sans le résoudre, le rend moins brutal. L’humour allège l’existence.

2)      L’humour s’oppose à l’esprit de sérieux, mais d’une manière très subtile. Car le sérieux n’est pas nié, ni refusé, au contraire rien de plus lucide que l’humour qui constate en vérité le caractère tragique de l‘existence (le fait de la mort, de la souffrance, du deuil, de l’absurde, de l’incompréhensible et du dérisoire) mais au lieu de se rouler dans le négatif, il en sort par le haut, encore une fois sans le nier, mais en déplaçant l’accent, en pointant une dimension de vérité sur le mode caustique ou léger, créant la surprise, ridiculisant l’esprit de lourdeur. « Je ne sais pas si Dieu existe, mais allez donc trouver un plombier le dimanche ! » (Woody Allen) 

 3)      L’humour a un certain rapport avec la vérité : il dit, mais indirectement, allusivement, en quoi il se présente comme un remède au tragique, tout en véhiculant la conscience tragique. Il serait « cathartique », c’est-à-dire de nature à opérer une purgation des passions tristes. A condition toutefois de ne pas dégénérer en posture, en système, ce qui en ruinerait les effets positifs, donc qui relèverait plus de la faiblesse de caractère que de la force.

 4)      Il faut une certaine force d’âme pour user librement et spontanément de l’humour, quand de toutes parts agissent les forces de la convention, de la retenue morale, de la bien-pensance. Dans l’humour en effet on peut voir à l’œuvre l’intelligence des situations, le plaisir de surprendre, le goût de provoquer, de dénoncer, qui confèrent un bénéfice de plaisir. Il faut une singulière force pour accepter de voir le réel en face, et, sans le nier, le « guérir » en le transposant : métaphore et poésie.

 

Pour Métaphores, GK

Pour en savoir plus sur cette activité cliquez ici.

Posté par metaphores 64 à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,