Apero philo

 

L' Apéro-philo, du mois de février s'est tenu le jeudi 22 au café-restaurant Un Dimanche à la campagne sur le sujet suivant : 

Notre vie n'est-elle qu'une suite de hasards ?

Résumé de la soirée : 

1)   Le sujet est abordé à partir du livre de  Freud : « Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci » qui pose le problème avec beaucoup d’acuité : peut-on comprendre une destinée individuelle à partir d’une constellation de hasards qui ont façonné l’enfance et déterminé l’orientation générale de la vie ? Quelle est la part du hasard, des hasards, et celle de la liberté, si du moins une telle liberté existe ?

2)   Le premier temps de la réflexion est consacré au hasard. On relève que le terme renvoie à la pratique du jeu de dé. Le hasard c’est le dé qui tombe. On ne peut prévoir le coup, du moins individuellement. Le hasard ainsi compris marque notre impuissance à savoir, à maîtriser le cours des choses. Même si on peut parvenir à une certaine connaissance des séries (la loi des grands nombres et la prévisibilité statistique) la prévision du cas individuel (cas=caso= chance) est impossible. Ce qui va nous arriver tel jour à telle heure est imprédictible, et pourtant cela peut avoir de grandes conséquences pour notre vie : ex une rencontre, un accident de voiture etc. Quoi que nous fassions pour limiter les hasards il reste un coefficient d’incertitude qui ouvre sur la nouveauté et parfois sur le tragique.

3)   Pour ce qui est de notre destinée on peut relever un ensemble impressionnant de « circonstances «  et d’ « influences » qui préexistent et qui vont modeler notre vie : déterminations familiales, appartenances, pressions de groupe, modèles et normes de comportement etc. Tout cela crée les conditions d’une certaine régularité, façonnant peut-être la destinée. Mais elles ne sauraient exclure le rôle d’irrégularités imprévisibles qui peuvent orienter le cours dans un sens différent : apparaît alors de l’inconnu, du risque, mais aussi de l’imaginaire, et du désir.

4)   Surgit alors un nouvel élément de la problématique : que peut la conscience ? Que ferai-je des déterminations qui pèsent sur moi, que je n’ai pas choisies ? Ce hasard qui fait irruption dans ma vie que vais-je en faire, le nier, le refouler, l’examiner, l’intégrer et m’en servir selon mon désir ? C’est ici qu’il semble possible de poser la question de la liberté : je ne suis pas libre de ne pas être affecté par le hasard, mais je peux choisir le sens que je lui donnerai pour moi-même.

5)   Vivre sa vie c’est tracer un chemin – mais ce chemin est-il déterminé par le désir d’autrui ou par le jeu obscur des hasards et la force des circonstances – ou bien le sujet peut-il revendiquer sa part, sa part de conscience et de décision ? C’est dans l’épreuve du choix que se fait concrètement ce travail de réappropriation, de subjectivation. Face au hasard il appartient au sujet de « se hasarder » - de se lancer lui-même dans un espace non balisé où il puisse faire l’épreuve de sa liberté.

Pour Métaphores, Guy Karl