Cercle Littéraire

Le Cercle littéraire du mois de novembre s'est tenu le 29 novembre au Dimanche à la campagne de 18h45 à 21 h. Les participants ont pu échanger sur les oeuvres suivantes :

L'archipel d'une autre vie       Andreï Makine

    Résultat de recherche d'images pour "L'archipel d'une autre vie Andreï Makine"                            

  Un magnifique roman porté par un souffle épique et l'esprit des grands romanciers russes .Le meilleur de cet auteur selon les participants. Une fausse piste au début, qui perd un peu le lecteur : un étrange voyageur est remarqué et suivi par le narrateur. Cette première traque, vite écourtée livre un autre récit, imméditement palpitant, raconté par l'homme initialement pourchassé .

1952 : Cinq hommes poursuivent un évadé d'un camp de prisonniers et cette traque réserve bien des surprises: du suspense, des situations parfois cocasses, parfois inquiétantes, qui font tomber les masques. C'est à sa vérité que chacun se trouve confronté .  Roman d'aventures, récit de formation, quête initiatique dans une nature rude, à la beauté époustouflante  dans les immensités en direction des Changars, un bout du monde qui est aussi promesse d'une autre vie . La qualité de cette œuvre est unanimement soulignée.

                            

L'amour et les forêts          Eric Reinhardt

Résultat de recherche d'images pour "L'amour et les forêts Eric Reinhardt"

 Tout commence par une  rencontre de l'écrivain avec une lectrice, admiratrice de son précédent roman Cendrillon, qui, dit-elle, lui a redonné goût à la vie. S'ensuivent  des confidences sur le harcèlemnt conjugual vécu par cette femme, le récit de sa descente aux enfers, l'unique rencontre qui va illuminer son  enfermement dans une relation perverse . Harcelée par son mari, Bénédicte assume le quotidien, son métier . A l'extérieur, rien ne transpire. Le dénouement est très sombre...

 Les lectrices s'accordent sur la qualité stylistique de ce  beau portrait de femme mais discutent sur la vraisemblance de ce personnage. Indépendante financièrement, comment peut-elle accepter ainsi l'humiliation, la culpabilisation? Servitude volontaire, déni, sentiment de honte sont avancés comme clés possibles.  La fin de l'histoire est diversement appréciée.Elle témoigne aussi de préoccupations dont le dernier roman de Eric Reihardt  La chambre des époux, porte la marque .

 

Bakhita           Véronique Olmi

Résultat de recherche d'images pour "Bakhita Véronique Olmi"

 La terrible histoire vraie  de cette fillette  soudanaise enlevée et vendue comme esclave est bouleversante : on croit connaître l'horreur de l'esclavage, mais ce récit décrit sans complaisance leur terrible sort : la sensibilité du lecteur n'est pas épargnée.L' écriture nette, précise, sans pathos laisse les faits parler d'eux-mêmes . Quelle force intérieure il a fallu pour surmonter ces épreuves, quel entêtement à vivre alors que tout vous rejette de la condition d'être humain. La vie de Bakhita va basculer avec son achat par un consul belge qui l'arrache à l'enfer . Peu à peu elle découvre un nouveau monde mais la servitude a laissé des marques indélébiles . Un long chemin lui reste à parcourir pour se libérer enfin . Très beau récit, fort, parfois insoutenable mais qui réaffirme la force cachée au cœur de tout être humain.

L'ordre du jour          Eric Vuillard    Goncourt 2017

Résultat de recherche d'images pour "L'ordre du jour Eric Vuillard Goncourt 2017"

Prix Goncourt mérité ! Récit en courts chapitres de la rencontre, le 20 février 1933, entre les magnats de l'industrie allemande et Goering. L'auteur s'empare de moments clés dans l'histoire et avec un sens aigu du détail , l'observation attentive de documents, perce à jour  les mensonges de l'histoire . L'Anschluss présentée sous des couleurs triomphales par les images d'époque a été entachée par une panne gigantesque et les blindés ont gagné Vienne sur des trains. L'écriture précise,incisive souligne les compromissions, les lâchetés ,le cynisme de ces grands noms préoccupés de leurs intérêts au mépris de la morale .

Le livre évoque ainsi quelques dates significatives et les relie au monde contemporain : ces hommes portent des noms : IGFarben, Opel, Siemens- qui appartiennent à notre paysage quotidien ;nous sommes leurs clients ; le texte entre en résonance avec l'actualité la plus brûlante : il suffit de changer quelques noms...

La discussion s'engage sur les liens entre le politique, l'économique, les lois du marché : ces gens-là sont-ils coupables d'avoir financé le Parti nazi ou ne pouvaient-ils pas agir autrement ? Le financement des partis politiques, la collusion entre ces différents pouvoirs est-elle une fatalitté indissociable des réalités économiques ?

Ce court récit sur une période historique que l'on croit bien connaître interroge éviemment notre monde contemporain . La qualité littéraire en fait un vrai bonheur de lecture.

D'autres romans sont cités en écho aux œuvres lues :

 No home Yaa Gyasic  2017: ce roman sur l'esclavage retrace le destin de deux sœurs, l'une esclave  l'autre mariée à un négrier (titre anglais Homegoing ) et évoque trois siècles d'Histoire

 Dans la forêt  Jean Hégland   La survie de deux sœurs après une catastrophe au coeur de la forêt où elles vivent .

Pour Métaphores, Janine Delaitre