Cercle Littéraire

Le dernier Cercle littéraire s'est tenu le jeudi 12 novembre 2015 à 18h45 au Café-Suspendu (café associatif) à Billère (15 Rue Jeanne Lasansaa). Le thème de la soirée :

                               Des écrivains très contemporains 

Résumé de la soirée :

Les auteurs « invités » au dernier Cercle littéraire ont été choisis pour leur écriture singulière sans ressemblance aucune, et leur rencontre sur des thèmes  nés des préoccupations actuelles : le poids de l'Histoire dans les destinées individuelles, le  sort des migrants, les êtres marginalisés par leur différence ou leur secrets, la place de l'autre,  les drames personnels qui rejoignent l'universel.

 

  Résultat de recherche d'images pour            

 Jeanne Benameur , (née en 1952)  très tôt arrachée à son Algérie natale , se retrouve « sans langue » . 

 Des études de Lettres et  Philosophie vont l'orienter vers  l'enseignement ; l'écriture devient son activité principale à partir de 2000 : poésie, roman,  littérature de jeunesse,  travail d'édition. Des études de Lettres et  Philosophie vont l'orienter vers  l'enseignement ; l'écriture devient son activité principale à partir de 2000 : poésie, roman,  littérature de jeunesse,  travail d'édition. Elle découvre que « quand on travaille avec ses mots, on a moins peur des mots des autres ." La relation à l'autre est au fondement de sa narration qui capte les instants avant la parole . « Le corps connaît , par la perception le sens des choses. Après, il arrive la parole, nécessaire qui nous permet le lien et en même temps nous sépare. »

Les  Demeurées évoque avec sensibilité la relation fusionnelle entre une mère et sa fille, menacée par l'école qui ouvre les portes du savoir. Mais comment accueillir en soi ce qui sépare des proches, ?

Les Reliques , court récit absolument magnifique évoque  la permanence de l'amour au-delà de la perte ; Otages intimes  interroge sur la part d''otage que chacun porte en soi.

L'écriture  poétique de Jeanne Benameur, animée d'une sensibilité frémissante , lyrique et contenue en même temps, confère à ses récits une beauté captivante.

Bibliographie : Les Demeurées  2001 ; Laver les ombres  2007 ; Les Reliques  2011 ; Les Insurrections singulières 2011 ; Profanes  2013 ; Otages intimes  2015

 

 

 Résultat de recherche d'images pour      

 Alors que Jeanne Benameur s'ouvre aux autres  à partir de drames personnels , relevant de la sphère intime, Laurent Mauvignier (né en 1967 ) suit le  cheminement inverse . Son œuvre s'enracine dans les tragédies qui touchent les hommes : la guerre d' Algérie , le drame du Hetzel ou le tsunami du 11 mars 2011. Son écriture  traque au plus près la peur , la souffrance, la douleur, en  longues phrases au rythme haletant .

Autour du monde,  paru en 2014 marque un changement. Ce roman choral évoque quatorze histoires qui se sont déroulées simultanément au moment du tsunami en quatorze points différents du globe  et installe un ton plus apaisé. Il collabore aussi avec des artistes venus d' autres horizons : Angelin Prejlocaj, chorégraphe et danseur pour Retour à  Berratham

 Bibliographie : Loin d'eux 1999,    Apprendre à finir 2000,  Dans la foule,  Des hommes 2009, Autour du monde 2014

 

 

 Résultat de recherche d'images pour          

Maylis de Kerangal (née en 1967) venue de la littérature de jeunesse et de l'édition , après des études d'Histoire, d'Ethnologie et de Philosophie se fait connaître par Naissance d'un pont , épopée sans guerre où sont évoqués avec minutie les désirs et les peurs sur un chantier.  A l'introspection, elle préfère  la vie des autres, dont elle se saisit dans une écriture précise et ardente . Ses œuvres sont toujours un mouvement de l'extérieur vers l'intérieur. Elle dit l'importance des vivants, la place de la mort et du deuil dans un mouvement analogique à la vague, dessinant un cycle éternel. Ainsi Réparer les vivants  évoque le don d'organes , une histoire de cœur où se rejoignent la violence de la mort accidentelle , l'angoisse de la mort et celle de l'attente, la joie violente de la vie retrouvée pour celle qui reçoit cette part d'un autre. Sa conception de l' activité littéraire  croise  cette conviction que   l'autre  entre dans la structuration de soi : « L'écriture, la littérature, dit-elle, n'est pas dans l'auto-construction. On écrit en portant en soi tout ce qui s 'est écrit avant et qui peut affleurer en divers endroits du texte".  

Bibliographie :   Corniche Kennedy  2009, Naissance d'un pont  2010 ; Tangente vers l'Est  2012 ;  Réparer les vivants  2014 ; A ce stade de la nuit  2015

 

 

            Résultat de recherche d'images pour  

Mathias Enard (né en 1972) est  un « orientaliste »  à l'image des personnages de son dernier roman, couronné par le Prix Goncourt, Boussole Il sait transmettre dans  son écriture riche , foisonnante et érudite sa passion pour ces pays ravagés aujourd'hui par des bouleversements dramatiques  et dans lesquels il a voyagé : Liban, Syrie, Egypte, Iran. Entrer dans un roman d' Enard est une véritable invitation au voyage, vers l'Est généralement , lieu d'où vient la lumière. Formidable roman sur les guerres méditerranéennes, Zone adopte le rythme du voyage en train entre Milan et Rome dans une longue phrase animée d'un souffle épique .

Boussole, livre savant  sur les relations entre l'Orient et l' Occident, est aussi un roman d'amour, fil directeur qui ramène toujours à lui le lecteur après de nombreuses anecdotes,romans minuscules insérés dans la trame principale évoquant de nombreuses figures, de musiciens, d'exploratrices , de villes aux noms enchanteurs. Ce récit nous rappelle l'importance de l'autre dans l'enrichissement de soi, hymne à l'échange, à la curiosité de l'autre face à la tentation du repli sur soi et de la méfiance. Son œuvre se veut porteuse d 'espoir.  « Le savoir en général et la littérature en particulier, ont un véritable pouvoir : lire des livres , c'est une façon d' être libre. »

Bibliographie :   La perfection du tir  2003 ; Remonter l' Orénoque  2005 ; Zone  2008 ; Parle-leur de batailles, de rois d' éléphants  2010 ; L'alcool et la nostalgie   2012 ; Rue des voleurs   2012 ; Boussole  2015

 

Pour Métaphores, JD